• On s'aime comme on se hait

    Brûlant de désir, l’amour se consume,

    Feu de passion incendiant le corps.

    Sensation de chaleur dans un temps de brume,

    Pour en demander encore et encore.

     

    Brûlant de force, l’amour consume,

    Dangereuses les flammes de la passion.

    Calcinant les habits de son costume,

    La haine apparait sans raison.

     

    Tendres caresses, l’amour transporte,

    Vent de douceur emplissant les cœurs,

    Touche de fraicheur dans l’aorte,

    Air de symphonie toutes les heures

     

    Caresses oubliées, l’amour les transporte,

    Froid (est) le blizzard attaquant les mains,

    Esseulées depuis que l’autre a pris la porte,

    Air de rancœur tous les matins.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 23:14

    Très beau texte. Mieux vaut aimer que haïr...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :