• Le tour du monde en 80 poèmes

    Présentation

     

    Le Tour du Monde en 80 poèmes est un projet qui me tenait à coeur. Un jour j'ai eu l'idée de m'inspirer du célèbre livre de Jules Verne " Le tour du monde en 80 jours " pour écrire ce recueil.

    Malheureusement écrire 80 poèmes sur des destinations que nous ne connaissons pas n'est pas forcément aisé. Ce projet avance tout de même, mais lentement. J'estime en être à la moitié de mes textes à ce jour.

  • On dit que les voyages forment la jeunesse,
    Je suis parti en Amérique plein d’ivresse.
    A la Nouvelle-Orléans je suis la sagesse,
    Mais là bas il ne me vient que de la tristesse.

    On m’avait parlé des zones marécageuses,
    Et de leur importance au sein de la nature.
    Je ne pensais aux conséquences ravageuses,
    Quand je riais de ses petits coins de verdure.

    Mais après vu les traces des cyclones,
    Je ne peux faire comme si de rie n’était.
    Il faudrait seulement reconstruire ces zones,
    Pour limiter tous les dégâts de ces effets.

    L’eau est au cyclone ce  qu’est l’encre à la plume,
    Retires en l’essence, tout s’effacera.
    Il faut replanter ou tout disparaîtra,
    Et ne dites pas que ça ne fait pas la une.

    Les mangroves ne font que retenir ’eau,
    Rien que cela suffit à réduire la force,
    De ces tempêtes qui vont pas monts et par vaux.
    Voilà comment éviter une fin précoce.

    Ces images de désolation me font,
    Aussi mal que des coups de poignards dans le cœur.
    Aux grands employeurs, faites attention,
    À ne pas plonger le monde dans le malheur.

    On dit que les voyages forment la jeunesse,
    Mais celui là ne m’a apporté que de la tristesse.

    La Terre fait partie de nous,
    Il faut la protéger des fous.

    Jérémy PAUT

    25/07/11


    votre commentaire
  • Vous quittez la Chine le cœur encore en fête,

    Mais déjà un obstacle de taille vous fait face.

    Devant cette immensité vous baissez la tête,

    Mais vous vint l’idée folle de défier la glace.

     

    Qui n’a jamais voulu être au dessus de tout ?

    Il vous faut juste escalader le toit du monde.

    Cette ascension est le rêve de beaucoup,

    Mais accessible qu’aux meilleurs du monde.

     

    Des neiges éternelles et des cols très peu foulés,

    Cela a de quoi attirer les convoitises.

    Mais c’est une perle rare une friandise,

    Qui est réputée pour ces milles dangers.

     

    Là-haut l’air et l’oxygène se font rares,

    La montée jusqu’au sommet est longue et glissante.

    Mais si l’Everest est la pointe culminante,

    Vous pouvez stoppez avant qu’il ne soit trop tard.

     

    Sinon vous pouvez tout autant vous informer,

    Visionner des reportages, lire des papiers,

    Pour imaginer ce que peut être la vue.

    C’est mieux que de s’être tué s’être perdu.

     

    Jérémy PAUT

    07/08/11


    votre commentaire
  • Élevée au rang d’une merveille du monde,

    La muraille de Chine surfe sur les ondes.

    Été ou hiver ce monument historique,

    Donne des paysages plus que magnifiques.

     

    Dans la saison où le Soleil est le plus chaud,

    Gravissez les collines abruptes jusqu’en haut,

    Pour avoir un tableau digne des plus grands peintres,

    Qui auraient voulu représenter plusieurs cintres.

     

    À l’heure où me Soleil est à son apogée,

    Venez donc observer toute l’immensité.

     

    Recouverts d’une verte végétation,

    Les rocs demeurent dangereux, attention.

    Un cycle aléatoire de monts et vallées,

    Donne à ce lieu son caractère et sa beauté.

     

    Une longue structure de bois, pierre et terre,

    S’étirant sur plus de six mille kilomètres,

    Parcourt le pays en passant de cime en cime,

    Laissant aux touristes un sentiment unanime.

     

    À l’heure même où le froid vous glace le sang,

    Remonter pour voir cette merveille autrement.

     

    Le moindre mètre et le moindre hectare de forêt,

    Sont recouverts par un très léger manteau blanc.

    Ra envoie ses enfants qui par leur reflet,

    Éclaire de leur innocence le ciment.

     

    La végétation a perdu de sa superbe,

    Ne laissant paraître que des branches effeuillées.

    La pureté blanche recouvrant l’herbe,

    Compense très facilement par sa beauté.

     

    Jérémy PAUT

    15/10/11


    votre commentaire
  • C’est un soir d’orage au lac du Connemara,

    Que j’ai vu le plus beau paysage qu’il soit.

    L’Irlande est une destination de choix,

    Pour les amateurs de jolis panoramas.

     

    Des nuages noirs obscurcissent l’horizon,

    Ne laissant passer que de quelques rayons.

    Des rais de lumière tels l’espoir dans la nuit,

    Colorent le lac d’une beauté infinie.                 

     

    Et ces collines qui sortent de la pénombre,

    Dominant ce lieu magnifique de leurs ombres.

    L’eau est jalouse de leur supériorité,

    Mais elle doit se contenter de les refléter.

     

    Il ne manque qu’un peu de végétation,

    Et voilà que Ra dévoile tous ces secrets.

    Faisant fis de toutes les perturbations,

    Il nous montre les prémices d’une forêt.

     

    Dans le fond j’aperçois un peu de ciel bleu,

    Rappelant qu’il existe un avenir heureux.

    Comme pour prouver que ce lieu existera,

    Encore de longues décennies après moi.

     

    Jérémy PAUT

    19/10/11

     


    votre commentaire
  •  Vous poursuivrez la marche en remontant au Nord,

    Déjà se profile la Suisse et ses montagnes.

    A l’ouest les Alpes décideront e votre sort,

    Plus vous montez et plus la folie vous gagne.

     

    Atteignez le somment et les cols enneigés,

    Et vous êtes abasourdis devant la beauté,

    Que donne ce paysage aux neiges éternelles.

    A cette pureté vous sens sont en éveil.

     

    Une neige tombée et jamais piétinée,

    Inspirez, sentez ce vent frais dans vos poumons,

    Donnant l’impression de revivre tout entier.

    La vie de rêve sans civilisation.

     

    Plus vous grimpez plus votre esprit s’envole, s’échappe.

    Vous vous sentez au plus proche de la nature.

    Mais pendant que vous rêvez un avion carbure,

    Et tous les dangers dus aux humais vous rattrape.

     

    Vous descendez lentement, mettez pied à terre,

    Allez-vous consoler avec du chocolat.

    En Suisse vous vous devez de passer par là,

    Mais il a le gout de la pollution, amer.

     

    La Suisse vous fera surement voyager,

    Soit par ces montagnes soit avec vos papilles.

    Vous ressortirez plus grandis et cultivés,

    A moins que votre cœur souffre trop et vacille.

     

    29/04/11

    Jérémy PAUT


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique